Pourquoi a-t-on mal pendant ses règles ?

Le cycle menstruel est un phénomène normal et naturel, propre à chaque femme. Pourtant, cette période n’est pas toujours vécue de la même façon d’une femme à l’autre. En effet, 75% des femmes souffrent de douleurs parfois très intenses chaque mois, c’est d’ailleurs peut-être votre cas ? Maux de tête, nausées, douleurs pelviennes… Pourquoi ? Que faire ? Quelles sont les solutions ? On vous dit tout !

Qu’est-ce que le cycle menstruel ?

Le cycle menstruel est un mécanisme qui prépare votre corps à accueillir une grossesse chaque mois, de la puberté à la ménopause. Il commence le premier jour des règles, se termine le premier jour des règles suivantes. Les cycles menstruels se succèdent et se répètent tant qu’il n’y a pas de fécondation, tant que vous n’êtes pas enceinte et durent en général 28 jours. Certaines femmes peuvent avoir des cycles plus courts (25 ou 26 jours), ou plus longs (30 à 33 jours). En effet, Il peut varier avec bon nombre de facteurs comme les émotions fortes, l’alimentation, le stress ou encore un voyage par exemple.

Il existe 4 phases durant son cycle menstruel :

  • Jours 1 à 5. La première phase du cycle correspond à la phase menstruelle. Elle commence le premier jour des règles.. La partie interne de la muqueuse qui tapisse l’utérus, appelée endomètre, se désagrège et est éliminée constituant ainsi les menstruations.
  • Jours 6 à 14. La deuxième phase correspond à la phase folliculaire.  L’hypophyse sécrète l’hormone folliculo-stimulante (FSH) qui stimule le développement des follicules ovariens. Un seul de ces follicules arrivera à maturité et libérera un ovocyte prêt à être fécondé. De son côté, le follicule sécrète des œstrogènes, ce qui favorise l’épaississement de l’endomètre qui se prépare à recevoir l’ovule fécondé. C’est donc la montée en puissance de la production d’œstrogènes. Au cours de cette phase du cycle menstruel, votre corps se prépare à une grossesse potentielle.
  • Jour 14. La troisième phase correspond à l’ovulation. Cela correspond à l’expulsion de l’ovule de l’ovaire vers votre utérus en passant par les trompes.  
  • Jours 15 à 28. La quatrième et dernière phase, est la phase lutéale. Au début de cette phase, votre corps libère des œstrogènes et de grandes quantités de progestérone. Si l’ovule n’a pas été fécondé, ces niveaux d’hormones chutent. C’est pendant cette phase du cycle que les symptômes prémenstruels peuvent apparaître, en particulier si vous êtes sensible à la progestérone. 

Connaître ces différentes périodes vous permet de les appréhender plus facilement, de les reconnaître, de les accepter et de mieux comprendre votre corps au quotidien.

Pourquoi parle-t-on des syndromes prémenstruel (SPM) et menstruel ?

Les syndromes prémenstruel (SPM) et menstruel sont un ensemble de symptômes physiques ou psychologiques qui touchent les femmes quelques jours avant ou pendant leurs règles.

Au moment des règles, sous l’effet des prostaglandines, l'utérus se contracte pour évacuer le sang et la muqueuse utérine. Ces contractions peuvent provoquer des douleurs plus ou moins intenses, on les appelle les crampes menstruelles.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes sont variés et diffèrent selon chaque femme. On peut classer les symptômes en deux grandes catégories : les symptômes physiques et les changements d’état mental.

Les symptômes physiques les plus fréquents sont :

  • Des douleurs pelviennes dans le bas-ventre,
  • Des troubles digestifs,
  • Des nausées et maux de tête,
  • Des douleurs dans le bas du dos,
  • Des douleurs au niveau des seins.

Les changements d’état mental que l’on peut retrouver pendant le SPM :

  • La colère, l’irritabilité, les sautes d’humeur,
  • L’anxiété,
  • Un sentiment de tristesse,
  • Des troubles de concentration.

Quelles sont les causes des syndromes prémenstruel (SPM) et menstruel ?

Les causes précises ne sont pas encore bien définies ; cependant les scientifiques démontrent que les changements hormonaux qui se produisent à des moments spécifiques du cycle menstruel jouent un rôle important. En effet, les menstruations sont contrôlées et régulées par toute une série d’hormones sécrétées par l’hypophyse, l’hypothalamus et les ovaires. Ces différentes hormones interagissent également avec les hormones présentes dans le cerveau régulant l’humeur. Leurs effets peuvent également se faire ressentir au niveau corporel. Toutefois d’autres facteurs interviennent, et il est encore difficile de déterminer pourquoi certaines femmes ont des symptômes prémenstruels et menstruels importants et d’autres pas.

On sait tout de même que les facteurs environnementaux un rôle clé dans le SPM. Certaines de nos habitudes permettraient d’alléger l’ensemble de ces symptômes voire de les prévenir.

L’alimentation : un rôle déterminant

En effet, cette dernière est une alliée efficace pendant cette phase du cycle pour apaiser le SPM. La première étape consiste à limiter au maximum la consommation de sucres rapides : bonbons, gâteaux, produits transformés. Ces produits ont un impact important puisqu’ils vont agir directement sur l’inflammation liée au syndrome prémenstruel. Il en va de même pour les produits excitants tels que le café, le thé ou l’alcool.

Une alimentation anti-inflammatoire et anti-fatigue doit donc être privilégiée. Vous pouvez miser sur :

  • Les omégas-3 : ils sont indispensables, on en retrouve dans l’huile de lin ou de colza.  Mais aussi les graines de lin, de chia, de chanvre que vous pouvez ajouter à un yaourt végétal par exemple.
  • Les légumes frais : évidemment, ces aliments sont riches en vitamines et minéraux. Misez sur les légumes à feuilles. Le chou frisé, les betteraves sont par exemple riches en fer et vitamines B et peuvent aider à réduire la fatigue.
  • Les céréales complètes : tout comme les fruits et les légumes verts, les aliments à base de céréales complètes sont riches en fibres, ils aident donc à réguler le système digestif. Ces produits contiennent également des vitamines et des minéraux, essentiels pour votre forme.

Le stress 

Le stress est un perturbateur du cycle menstruel. En effet, le stress sollicite les glandes surrénales situées au-dessus des reins qui sont à l’origine de la sécrétion d’adrénaline et de cortisol. N’oubliez pas de veiller à réguler votre stress et à trouver des solutions pour vous apaiser, notamment :

  • L’exercice physique : la recherche a démontré que la pratique hebdomadaire dexercice, de façon modérée, améliore les fonctions mentales. Il s’agit peut-être d’une simple marche, d’ailleurs il est bien connu que le grand air procure un bienfait instantané. Cette habitude intégrée à son quotidien permet d’envisager la vie quotidienne de manière beaucoup plus positive.
  • La relaxation : veillez à vous réserver des instants rien qu’à vous afin de vous poser et de pratiquer des activités de décontraction et de relâchement. Ces moments de détente contribueront à votre tranquillité d’esprit et vous permettront d’entreprendre vos journées avec plus d’énergie et d’optimisme.

Enfin, la prise de la pilule permet parfois de diminuer les symptômes, en stabilisant les taux d’hormones. Chaque femme étant différente, il convient de trouver la plus efficace pour chacune d'entre vous. Pour ce faire, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre gynécologue pour toute question et conseil concernant l’un de vos symptômes et les moyens d'en venir à bout.

Vous pouvez également soulager vos règles douloureuses par l’électrothérapie. Grâce à la technologie TENS (Neurostimulation Électrique Transcutanée), notre patch Urgo Moon vous offre une solution non médicamenteuse efficace1 pour soulager vos douleurs menstruelles. 

Vous souffrez de règles douloureuses ?

Le patch Urgo Moon est l’alternative parfaite pour soulager vos douleurs menstruelles sans médicaments. Emportez-le partout et retrouvez la liberté pendant vos règles !
Découvrir le patch Urgo Moon
Notes & Sources

(1) Essai clinique monocentrique, contrôlé, randomisé en double aveugle et cross over, versus Sham (dispositif placebo), effectué sur 37 femmes présentant une dysménorrhée primaire. Étude réalisée par le CIC CEN Experimental à Dijon en 2020